Posté le 15 octobre 2019 à 10:00

Sortir du surendettement grâce au rachat de crédits

Etre en position de surendettement c’est ne plus pouvoir faire face à ses dettes, c’est-à-dire qu’une fois toutes les charges payées, il ne reste plus assez de budget pour vivre. Cette situation peut survenir suite à un accident de la vie comme une maladie, un divorce, une perte d’emploi qui sont synonymes de baisse de revenus, et donc de difficultés financières qui en découlent. Pour éviter une procédure de dépôt de dossier de surendettement, qui est une solution comprenant de nombreuses pénalités, le rachat de crédits est une option à envisager. Véritable opération bancaire, ce montage financier comprend de nombreux avantages.

Définir une situation de surendettement

Le surendettement peut survenir suite à différents évènements de la vie, mais sa répercussion reste toujours très négative tant sur le budget du ménage, que sur sa situation financière générale. Les nombreuses mensualités de crédits contractés ne peuvent plus être honorées et cela crée une situation conflictuelle entre l’emprunteur et les organismes de crédit qui est difficile et qui doit être gérée. Déposer un dossier de surendettement auprès de la Commission de surendettement de la Banque de France n’est donc pas une solution miracle et le ménage doit tout faire pour l’éviter. Surtout il ne faut pas attendre que la situation financière soit au bord du gouffre mais réagir dès que les premiers problèmes d’impayés surviennent.  

La procédure de surendettement est une démarche gratuite qui existe depuis les années 1990. Toute personne ayant souscrit à plusieurs crédits et se trouvant dans une situation financière délicate et ne pouvant plus assumer ses dettes, à condition qu’elles soient non professionnelles, peut entamer le processus. Avant de saisir la Commission de surendettement, il sera important d’analyser la situation et de définir exactement le montant et la nature des dettes en cours. Chaque département de France dispose d’un secrétariat de la Banque de France qui correspond au domicile du demandeur et ou le dossier complet peut être déposé. Une fois cette démarche effectuée le demandeur est inscrit au Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers (FICP). Cela ne signifie pas qu’il est dispensé de payer toutes ses créances et il lui incombe au contraire d’avertir tous les établissements de crédit de la procédure en cours, en leur adressant une attestation de dépôt

Conseils pour éviter le surendettement

Lorsqu’il devient impossible d’assumer ses dettes et le remboursement des échéances mensuelles de ses différents crédits, le ménage est considéré comme ayant un endettement excessif, voire étant en situation de surendettement. Il ne s’agit pas d’un problème de montant de ses revenus, mais d’un manque d’équilibre entre les ressources et les charges du foyer. Le taux d’endettement fixé à 33% maximum de manière générale est alors souvent largement dépassé. Pour connaitre le sien, rien de plus simple que de se servir des nombreuses calculettes de taux d’endettement présentes en ligne, principalement sur les sites de rachats de crédits. Elles affichent un résultat en renseignant quelques informations et en quelques clics. Lorsque celui-ci est trop important, il existe des solutions qu’il faut envisager au plus vite :

  • Etablir un bilan détaillé de son budget car cela permet d’y voir clair dans ses finances. Ainsi, il faudra faire une liste exacte de toutes ses charges afin de comprendre pourquoi elles ne peuvent plus être payées. Cela permet de comprendre quels sont les frais les plus importants dans le foyer et aussi de voir comment les réduire ou carrément les supprimer. Bref, il s’agit de véritablement mettre à plat sa situation financière en ciblant les dépenses obligatoires et celles que l’on peut éviter. L’établissement de son budget nécessite de lister tous les revenus (salaires, pensions alimentaires, primes, allocations, etc.) et de l’autre côté tous ses frais (loyer, assurances, impôts, factures d’eau, de gaz, d’électricité, etc.) et bien entendu ses crédits en cours. La somme restante est considérée comme le reste à vivre, pour payer les charges du quotidien, l’alimentation, l’habillement, etc. Lorsque celui-ci est trop bas il faut organiser son budget pour baisser au maximum les charges. 
  • Les charges courantes du foyer sont en général fixes et intouchables car nécessaires, mais il est tout de même possible de les baisser. Comment ? Par exemple pour l’électricité, il existe des tarifs de première nécessité et qui sont moins chers, et en même temps la consommation peut être réduite grâce à des gestes simples du quotidien comme éteindre les lumières ou privilégier les appareils à basse consommation. Idem pour les factures de gaz qui peuvent réduites en comparant les tarifs des différents fournisseurs. Les frais de téléphone et d’internet peuvent également être revus grâce à toute la concurrence présente sur le marché de la téléphonie. Enfin, d’autres gestes peuvent encore aider à réduire les charges courantes comme acheter ses habits pendant les soldes ou favoriser les courses dans les supermarchés moins chers.
  • Une autre solution optimale qui permet de sortir d’une situation d’endettement trop élevé est le rachat de crédits. Il consiste à réunir tous ses emprunts en cours mais aussi d’autres dettes comme des retards de loyer, des impayés ou des dettes familiales, etc. dans un nouveau crédit unique à rembourser. L’avantage majeur est la réduction de montant de la mensualité donc du taux d’endettement, même si pour cela il faudra rallonger la durée de remboursement (une action qui va majorer le coût total du crédit).

La solution du rachat de crédits 

Le rachat de crédits ou regroupement de prêts ou encore restructuration de dettes peut donc être envisagé pour éviter une situation de surendettement fort désagréable. Toutes les dettes et les crédits seront réduits à une seule échéance mensuelle de remboursement, qui pourra être adaptée à la capacité de remboursement du ménage. De plus, le contrat de crédit pourra comporter de nouvelles conditions, comme un taux plus avantageux ce qui permet de faire des économies sur les frais d’intérêt, une durée revue, une mensualité plus légère. Par contre il est très important de noter que le rachat de crédits n’efface aucune dette mais permet simplement de les échelonner avec d’autres conditions. En ce sens, l’opération permet de donner une réelle bouffée d’oxygène aux finances du foyer.  L’étalement des dettes se fait donc sur une période plus longue, ce qui va finalement coûter plus cher à l’emprunteur mais il aura gagné en confort dans son budget. Cette hausse du coût du nouveau crédit souscrit peut être atténuée par la baisse du nouveau taux d’intérêt qui remplace les anciens taux parfois élevés de certains crédits souscrits, comme par exemple des crédits conso type, les crédits renouvelables ayant des taux pouvant atteindre les 20%.

Dans tous les cas, le rachat de crédits est toujours préférable au dossier de surendettement qui met le débiteur dans une situation peu avantageuse à de nombreux égards. Tous les types de crédits peuvent être inclus dans une opération de rachat, qu’il s’agisse des crédits à la consommation (prêts personnels, crédits affectés, crédits entre particuliers, crédits renouvelables, etc.) et les prêts immobiliers. Au lieu de la Banque de France et tous les désagréments qui l’accompagnent, l’emprunteur aura à faire à un seul interlocuteur bancaire, ce qui lui permet de bien gérer ses finances. Ce qu’il faut retenir avant tout c’est qu’il ne faut pas attendre d’être surendetté pour songer au rachat de crédits. Dès les premiers rejets de prélèvement, les impayés accumulés, les difficultés financières il ne faut pas hésiter à contacter un spécialiste du regroupement de prêts pour passer d’un profil d’emprunteur surendetté à un profil  normal avec une bonne gestion de son budget.  

Les autres actualités du rachat de crédits