Posté le 19 février 2020 à 11:00

Je ne peux plus payer mes crédits que faire ?

Il arrive parfois qu’un évènement imprévu vienne perturber le cours de la vie. Un divorce, un décès, une maladie, une perte d’emploi, etc., autant d’aléas qui peuvent mettre en péril l’équilibre d’un foyer. Du coup, en plus d’un dégât psychologique, les effets de ces évènements peuvent se ressentir sur les finances. Très vite, le ménage peut se retrouver dans des difficultés pour assumer le remboursement des échéances de crédits, que ce soit le prêt immobilier ou les crédits à la consommation. Afin d’éviter les complications, il existe heureusement des solutions, à condition de réagir le plus rapidement possible sans laisser la situation se dégrader davantage.

Trouver rapidement une solution

La première des choses à faire est bien entendu de s’adresser directement aux différents organismes prêteurs qui ont octroyé les emprunts, que ce soit une banque, un organisme de crédit, etc., en leur faisant part des difficultés rencontrées. L’idéal est alors de trouver ensemble une solution qui pourra arranger les deux parties. Selon la situation et les raisons qui ont entrainé celle-ci, l’établissement financier peut accepter des délais de paiement, un étalement de la dette ou encore une renégociation éventuelle de celle-ci. L’idéal est de le contacter avant le premier impayé, en envoyant une lettre recommandée avec avis de réception et en y joignant tous les justificatifs nécessaires afin qu’il puisse étudier la situation.

Si un compromis n’est pas trouvé dans les plus brefs délais, l’organisme prêteur peut très vite inscrire l’emprunteur au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). Cela lui permettra de régler l’incident de paiement, notamment en s’adressant aux cautionnaires du crédit. Il peut même aller plus loin et s’appuyer sur la « déchéance du terme » à cause du non-paiement des remboursements mensuels et demander l’intégralité du capital restant dû. Cette démarche coûtera très cher à l’emprunteur puisqu’une indemnité pouvant aller jusqu’à 7% de la somme restante à payer peut-être demandée, tout comme le paiement des intérêts déchus. A tout moment l’organisme prêteur peut lancer une procédure en justice contre l’emprunteur. Bref, il vaut mieux se dépêcher de trouver un arrangement, l’important étant de réagir le plus vite possible. Ne pas oublier de vérifier si l’assurance emprunteur souscrite ne couvre pas le problème rencontré et peut donc prendre en charge le remboursement des échéances pour un certain temps.

Une autre solution est de demander à l’organisme prêteur de vous accorder un nouvel échéancier. Ce processus est automatique pour les contrats de crédit modulable. Il s’agit de pouvoir diminuer à un moment donné le montant de la mensualité de remboursement. Cet étalement de la dette n’est pas sans entrainer des frais, puisque la durée initiale du crédit est augmentée, ce qui entraine aussi une hausse des intérêts. Certains contrats prévoient même un report du paiement des mensualités qui seront alors à payer en fin de prêt. De toute façon il est important de savoir que cela est aussi dans l’intérêt de l’organisme prêteur de trouver une solution amiable, afin de pouvoir continuer à assumer le remboursement de votre dette.   

Si aucun accord n’a pu être trouvé avec le prêteur, et que celui-ci refuse le rééchelonnement de la dette, l’emprunteur en difficulté peut s’adresser au tribunal d’instance pour faire une demande de délai de grâce.  Gratuite, cette démarche ne nécessite pas l’intervention d’un avocat et l’emprunteur peut constituer seul son dossier avec tous les documents justifiant de sa situation et de ses problèmes, tout comme de ses crédits en cours pour lesquels il rencontre des difficultés de remboursement. Le juge peut alors accorder la suspension totale des versements pendant une période maximale de deux années mais pas l’annulation des dettes. Elles seront greffées à la fin de la durée de vie initiale du crédit sans intérêts ou frais supplémentaires. Sinon il y a toujours en dernier ressort la possibilité de saisir la Commission de surendettement. Elle dispose de trois mois pour l’instruction d’un dossier et décider s’il est recevable ou non.

Il existe des aides pour les personnes en difficultés financières et qui n’arrivent plus à rembourser leurs crédits. Il s’agit d’interlocuteurs comme les assistants sociaux, qui sont là pour vous accompagner dans toutes les démarches à effectuer pour essayer de trouver une solution. Selon si, la situation des aides sociales et financières peut être débloquée. La CAF (Caisse des allocations familiales) propose toute sorte d’aides allant des allocations, à des prêts et des aides financières d’urgence. D’autre part, il existe de nombreuses associations qui peuvent apporter un vrai soutien et un réel conseil en cas de difficulté pour le remboursement de ses crédits. Pour les salariés d’une entreprise du secteur privé qui cotise au 1% logement, une aide spéciale peut être obtenue pour le remboursement de son crédit immobilier sous certaines conditions.

La solution du regroupement de prêts

La chose à ne surtout pas faire, lorsque des difficultés financières commencent à apparaitre est de souscrire à un nouveau crédit qui va permettre de rembourser un autre en cours. Une accumulation de crédits n’est jamais bien vue par les établissements financiers et de plus, la situation peut encore empirer. Mettre en place une baisse des mensualités grâce au regroupement de tous les emprunts en cours est une démarche optimale. De plus, le contexte actuel des taux d’intérêt très bas peut permettre à long terme de faire de réelles économies. Avant de se lancer il est possible de réaliser une simulation en ligne de manière gratuite et sans engagement. Cela permet de vérifier la faisabilité du projet tout en ayant une première estimation du coût de l’opération et du montant de la future mensualité unique.

Le rachat de crédits permet de rassembler tous ses crédits en cours mais également d’autres dettes comme des impayés, des retards de loyer, des découverts bancaires ou encore des dettes familiales ou fiscales dans un nouvel emprunt. Les conditions de celui-ci seront négociées selon la capacité de remboursement et le taux d’endettement de l’emprunteur, et la mensualité à rembourser sera unique. Elle pourra être revue à la baisse en augmentant la durée de remboursement. Un taux d’intérêt intéressant pourra être négocié, tandis que la gestion des finances est simplifiée, puisqu’un seul prélèvement mensuel et un interlocuteur bancaire unique sont à gérer.

Le coût de l’opération n’est pas à négliger, car il faut prévoir les indemnités de remboursement anticipées qui sont dues lorsqu’un crédit est soldé avant sa date d’échéance. Ils peuvent représenter une certaine somme d’argent et le calcul doit être bien fait. En plus de ces indemnités, d’autres frais sont à prévoir comme les frais de dossier, d’assurance et de garantie selon le cas. Pour réaliser une telle opération l’emprunteur peut s’adresser soit à sa banque, soit à un établissement spécialisé dans ce type de transactions. Il a également la possibilité de se diriger vers un courtier, c’est-à-dire un intermédiaire bancaire. L’avantage est alors de bénéficier d’un accompagnent sur mesure par un expert du rachat de crédits qui dispose de toute l’expérience nécessaire pour mener à bien le projet et dans les meilleures conditions. Excellent négociateur et disposant d’un réseau de partenaires important, il pourra vous aider à décrocher un contrat de crédit intéressant et adapté à chaque situation.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours