Posté le 16 août 2021 à 08:00

Emprunter après 65 ans pour un achat immobilier ?

Enfin à la retraite, vous souhaitez acquérir un bien immobilier, pour investir, pour vos enfants, pour passer une retraite sereine et confortable dans un logement mieux adapté ou dans une région au climat plus favorable.

Pour ce faire, vous avez néanmoins besoin de souscrire un crédit ou ne souhaitez pas investir toute votre épargne dans ce projet, afin de conserver un montant suffisant par sécurité.

Tout d’abord, sachez qu’il est tout à fait possible d’emprunter pour un achat immobilier après 65 ans. Cependant, cela se fera sous certaines conditions de revenus, de durée, de garanties, et il vous faudra prendre garde au coût de l’assurance de prêt.

 

Les conseillers de Greeniz, organisme de courtage spécialisé en rachat de crédits, vous expliquent comment emprunter après 65 ans pour votre achat immobilier.

 

 

Quel est l’âge limite pour emprunter ?

L’âge limite pour un emprunt va dépendre du type de crédit que vous souhaitez souscrire, mais surtout que l’âge que vous aurez à la fin de son remboursement.

Ainsi, un prêt immobilier devrait être normalement soldé à votre 80e ou 85e anniversaire, mais cette limite peut être encore étendue au 95e dans le cas d’un regroupement de crédits immobilier sous certaines conditions (comme une garantie hypothécaire).

Il est donc tout à fait possible de souscrire un nouveau crédit, et même un prêt immobilier, après 65 ans. Néanmoins, certaines banques pourraient être réticentes et le coût de l’assurance emprunteur important.

 

 

Les conseils de Greeniz pour obtenir un crédit immobilier après 65 ans

L’accord de la banque, mais aussi le taux d’intérêt qui vous est proposé, pour un crédit immobilier est toujours lié au risque que votre profil emprunteur représente.

Après 65 ans, non seulement vos revenus n’ont plus beaucoup de chance d’augmenter, voire pourrait réduire, mais en outre, votre santé pourrait venir entraver le bon remboursement de votre crédit. Cette augmentation du risque de défaillance de l’emprunteur amène les banques à certaines réserves, à demander des garanties supplémentaires, à commencer par la proposition d’un taux plus important que pour un emprunteur plus jeune, mais aussi à une augmentation du coût des assurances.

Voici donc quelques conseils pour donner à votre dossier plus de chances d’être financé avec des conditions intéressantes.

 

Baisser autant que possible le coût du crédit

 

  • Si vous n’exercez plus d’activité professionnelle, n’hésitez pas à mettre en avant la sécurité que représente une bonne retraite. Après tout, si un salarié, même en CDI, risque de perdre un jour son emploi, cela ne sera pas votre cas. Vos revenus sont assurément stables !
  • Peut-être êtes-vous déjà propriétaire d’un bien immobilier libre de crédit et d’hypothèque. Celui-ci peut être placé en garantie du nouveau crédit, assurant ainsi à l’organisme prêteur le bon remboursement du crédit octroyé.
  • Faites jouer la concurrence ! En demandant des offres de prêt à différentes banques, il vous est possible de comparer les propositions et d’avoir une base pour une négociation auprès de celle qui vous intéresse le plus.
  • Réduisez autant que possible la durée du crédit. Il est tentant de chercher à étaler celui-ci autant que possible afin de baisser les mensualités. Toutefois, avec l’allongement de la durée, le TAEG (taux annuel effectif global) augmente, donc le coût du crédit, car le risque de ne pas voir le crédit complètement remboursé augmente aussi pour la banque.
  • Pour réduire la durée du crédit sans augmenter de trop vos mensualités, il faut en fait réduire la quotité de financement – à savoir la part du montant du projet couverte par le crédit immobilier. Vous pouvez alors augmenter votre apport pour réduire cette quotité. C’est un argument rassurant pour l’organisme prêteur qui est alors assuré d’être remboursé en cas de vente du bien.

 

Bien choisir son assurance emprunteur

 

Vous pouvez toujours choisir entre l’assurance groupe – proposée par la banque qui finance le prêt immobilier – et une délégation d’assurance auprès d’un assureur indépendant.

Ensuite, renseignez-vous bien sur les garanties proposées par l’assurance emprunteur. D’une part, certaines garanties peuvent avoir une limite d’application en fonction de l’âge et celle-ci varie d’une banque à l’autre. D’autre part, certaines garanties peuvent ne plus avoir d’utilité dans votre cas (comme toutes celles concernant la perte d’emploi et l’incapacité totale ou partielle de travail).

En revanche, dans la catégorie « senior », les garanties représentant le plus risque pour l’assureur sont les garanties décès et invalidité (PTIA). Ce risque va augmenter le tarif de l’assurance.

 

N’hésitez pas à recourir à des comparateurs en ligne et à demander des devis à différents assureurs.

 

A noter. Pour votre assurance, consultez la convention AERAS (s’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé), en particulier si vous avez essuyé un refus de crédit pour ce motif.

 

Passer par un courtier pour négocier le crédit aux meilleures conditions

 

Un courtier est un véritable atout lorsqu’on souhaite souscrire un crédit immobilier après 65 ans.

Il va vous accompagner dans la préparation du dossier, vous aider à bien comprendre les clauses des différents contrats (assurance et prêt), vous aider à trouver l’assurance la mieux adaptée en fonction de votre situation particulière et négocier pour vous le prêt le plus intéressant.

 

 

Le regroupement de crédits : alternative au prêt immobilier

 

Qu’est-ce que le regroupement de crédits hypothécaire ?

 

Si vous avez encore deux crédits au moins en cours de remboursement, vous pouvez également considérer l’option d’un rachat de crédits.

Vos crédits à la consommation, voire un crédit immobilier précédent qui n’est pas encore soldé, peuvent affecter votre taux d’endettement. Celui-ci est alors trop élevé pour souscrire un nouveau prêt immobilier.

En procédant à un regroupement de crédits, un organisme de financement solde vos différentes créances et met en place un prêt de substitution. L’avantage de celui-ci est de pouvoir être étalé sur une durée supérieure à un crédit classique – l’âge maximal de fin de remboursement peut être monté à 95 ans.

En allongeant la durée du prêt de substitution, vous pouvez ainsi faire baisser votre nouvelle mensualité unique jusqu’à -60 %*. Votre taux d’endettement baisse donc avec celle-ci. Vous êtes alors de nouveau éligible à un emprunt immobilier, à moins que vous n’incluiez celui-ci dans le regroupement de crédits.

En outre, il est possible de demander une trésorerie complémentaire qui pourra alors venir servir d’apport pour financer l’achat de votre bien ou financer d’éventuels travaux.

Si vous êtes déjà propriétaire d’un bien immobilier, celui-ci pourra alors être placé en garantie du regroupement de crédits. Une garantie hypothécaire est un bon argument vous permettant de négocier un taux plus intéressant pour votre prêt. L’organisme de financement étant ainsi assuré d’être remboursé par la vente du bien quoi qu’il advienne.

 

Pourquoi financer son achat immobilier après 65 ans avec un rachat de crédits ?

 

  • Plafond de l’âge de fin de remboursement supérieur à ceux des crédits classiques.
  • Baisse du taux d’endettement.

  • Baisse des mensualités de crédits.
  • Augmentation du reste à vivre.

  • Financement complémentaire avec la demande de trésorerie.
  • Tous vos crédits rassemblés avec un seul et même taux.

 

 

En passant par un organisme de courtage expert en rachat de crédits comme Greeniz, vous bénéficiez de l’accompagnement de nos conseillers qui vous aident dans la préparation du dossier et négocient pour vous les conditions les plus avantageuses avec des partenaires bancaires fiables.

Pour savoir si votre projet immobilier peut être financé à l’aide d’un regroupement de crédits, faites une simulation en ligne. Elle est rapide, gratuite et sans engagement. Un conseiller vous rappelle sous 24h** avec une réponse de principe.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours