?
Posté le 26 juillet 2021 à 08:00

Rachat de crédits : comment votre courtier négocie-t-il avec les banques ?

Les années passant les crédits peuvent avoir tendance à s’accumuler. Un prêt immobilier qui pèse lourd, un crédit auto qui ampute encore un peu le budget, il est alors difficile de mettre de l’argent de côté et, en cas de problème, on doit souscrire un nouveau crédit.

Ce type de situation difficile à gérer au quotidien n’a pourtant rien de rare et il existe aujourd’hui des solutions efficaces pour sortir de cet engrenage. Le regroupement de crédits en fait partie.

Pour obtenir l’offre la mieux adaptée à votre situation particulière, le recours à un intermédiaire en opération de banque, tel qu’un courtier ou un expert d’un organisme de courtage spécialisé en rachat de crédits comme Greeniz est vivement conseillé.

Nous vous expliquons ici le rôle d’un courtier notamment au moment de la négociation avec les banques.

 

 

Le rachat de crédits : fonctionnement et avantages

Si vous avez plus de deux crédits en cours de remboursement, pensez au rachat de crédits. Pourquoi ?

Le regroupement de crédits est une opération bancaire qui permet de rassembler vos crédits (immobiliers et consommation), ainsi que certaines dettes et impayés, en un seul prêt de substitution.

Concrètement, un organisme prêteur – souvent une filiale spécialisée d’une banque traditionnelle – rembourse d’un coup vos créanciers. En contrepartie, un prêt unique de remplacement est mis en place, à taux fixe.

Vous n’avez donc plus qu’une seule mensualité, ce qui facilite la gestion de votre budget.

Le montant de cette mensualité, vous allez pouvoir l’adapter plus sainement à vos revenus. En modulant la durée du prêt – qui peut être allongé bien au-delà des emprunts classiques -, vous pouvez baisser cette mensualité jusqu’à -60 %*.

Vous retrouvez ainsi un reste-à-vivre plus important ! Vous allez pouvoir affronter vos charges plus sereinement, et même recommencer à épargner pour de futurs projets ou en cas d’urgence.

En outre, vous pouvez solliciter une trésorerie complémentaire dans le cadre de ce rachat de crédits. Cette somme, qui servira à financer librement des travaux, un voyage, un mariage, un véhicule…est directement intégrée au prêt de substitution, bénéficie du même taux, et son remboursement est inclus dans la mensualité unique.

Vous évitez ainsi de contracter a posteriori un crédit à la consommation qui entamerait de nouveau votre budget et impacterais votre taux d’endettement.

Néanmoins, le rachat de crédits n’a rien d’une solution miraculeuse. Il faut garder à l’esprit que cette opération entraîne des frais : frais de dossiers et d’intermédiation, indemnités de remboursement anticipé (IRA) des crédits immobiliers, frais de notaire, et l’allongement du crédit qui en augmente le coût global.

C’est là que le rôle du conseiller courtier est important !

Il va non seulement vous conseiller sur le calibrage de la durée afin de ne pas augmenter inutilement le coût global du prêt, mais aussi négocier pour vous les conditions les plus intéressantes.

 

 

Quel est le rôle d’un courtier en rachat de crédits ?

« Courtier » est ici employé dans son sens générique. Il s’agit en fait d’un Intermédiaire en Opérations de Banque, qui peut exercer son activité de façon indépendante ou en tant que conseiller au sein d’un organisme de courtage, comme chez Greeniz.

Pourquoi passe-t-on par un courtier ? Pour obtenir les meilleures offres de prêt.

La première tâche du coutier est avant tout de vous conseiller et vous renseigner, en toute transparence, sur les caractéristiques du produit bancaire, ici le regroupement de crédits.

Cette opération financière peut sembler particulièrement complexe et longue en démarches pour un particulier seul face aux banques. En passant par un organisme de courtage, vous n’avez plus qu’un seul interlocuteur qui vous représente face aux différents organismes prêteurs susceptibles de financer votre rachat de crédits. De cette manière, vous gagnez déjà beaucoup de temps.

C’est donc avant un expert dans le produit bancaire qui vous intéresse.

Il va étudier chaque aspect de votre dossier : situation personnelle, professionnelle, financière et patrimoniale.

Ces informations vont lui permettre d’évaluer votre solvabilité (taux d’endettement, capacité d’emprunt et de remboursement), ainsi que votre profil emprunteur qui aura un impact sur le taux proposé et la cotisation d’assurance du prêt.

Vient ensuite l’étape de la négociation bancaire. Un courtier ou un conseiller dans un organisme de courtage est, vis-à-vis d’une banque, un apporteur de clients. Comme ils entretiennent une relation de confiance et que leur succès peut être réciproque, les courtiers ont un poids dans une négociation dont ne disposent pas les simples particuliers.

Ils peuvent donc vous obtenir de bien meilleures offres de prêt ou parvenir à faire financer un emprunt qui aurait été refusé si le particulier avait tenté seul les négociations.

 

 

Que peut-il négocier pour vous avec les banques ?

La mise en concurrence

En passant par un courtier, vous avez donc un seul interlocuteur. Si vous avez un bon dossier – comprenez susceptible d’être financé par plusieurs partenaires bancaires – le courtier va pouvoir faire jouer la concurrence entre ces différents partenaires pour obtenir l’offre de rachat de crédits la plus intéressante.

 

Le taux nominal du prêt

Cet aspect est bien connu des particuliers. On sait que les taux (immobiliers surtout) fluctuent beaucoup. On entend assez souvent que lorsque les taux baissent, il faut renégocier son prêt.

Il en va de même pour un rachat de crédits. Le prêt de substitution est assorti d’un taux d’intérêt et pour que l’opération puisse présenter un avantage sur le coût total d’un crédit, il est intéressant de tenter d’obtenir un taux d’un point inférieur à celui en cours.

Or, la relation commerciale entretenue par le courtier avec les banques permet à celui-ci d’obtenir des taux préférentiels, soit un taux nominal plus faible qu’un particulier négociant directement avec la banque.

A noter. Le calcul du taux que propose l’établissement prêteur tient compte du risque de défaillance potentiel de l’emprunteur. Pour obtenir un taux avantageux, vous pouvez compter sur votre courtier, certes, mais vous devez également de votre côté tâcher de présenter le profil le plus rassurant aux banques. Pour ce faire, il est toujours bon d’assainir autant que possible ses dépenses sur plusieurs mois avant la demande. Cela peut avoir un impact non seulement sur le taux nominal, mais aussi sur l’assurance du prêt.

 

Les indemnités de remboursement anticipé

Les indemnités de remboursement anticipé font généralement partie des clauses d’un contrat de prêt immobilier. En effet, si vous remboursez par exemple au bout de deux ans votre crédit immobilier initialement souscrit sur 20 ans, l’établissement prêteur perd le bénéfice des intérêts. Pour limiter ce manque à gagner, ces pénalités sont prévues. Elles sont plus rarement prévues pour les crédits à la consommation.

Celles-ci sont heureusement plafonnées

  • Soit à 6 mois d’intérêts sur le capital remboursé par anticipation au taux moyen du prêt,
  • Soit à 3 % du capital restant dû avant le remboursement anticipé.

 

Les frais de dossier

Comme nous l’avons déjà souligné, le regroupement de crédits peut s’avérer une procédure complexe. Les frais de dossier vont dépendre de l’organisme bancaire et de la complexité du dossier. Ils sont généralement compris entre 1 % et 7 % du montant emprunté.

Les frais de courtage quant à eux sont de deux types : la commission et les frais d’intermédiation. Si la commission de courtage est à la charge de l’établissement qui finance le regroupement de crédit, les frais d’intermédiation vont dépendre de la technicité du dossier. Ceux-ci sont en revanche toujours présentés de façon transparente dans l’offre de prêt.

 

L’assurance emprunteur

Généralement exigée pour un crédit immobilier ou un regroupement de crédits, l’assurance emprunteur est destinée à protéger tant l’emprunteur que le créancier. Elle va en effet prendre le relais en cas de circonstances graves ne permettant plus à l’emprunteur de s’acquitter de ses mensualités, comme l’invalidité partielle ou totale, temporaire ou définitive, ou le décès de l’emprunteur ou du co-emprunteur.

Il n’est pas obligatoire de souscrire l’assurance proposée par l’organismes finançant le prêt (assurance groupe). Celle-ci peut être déléguée à un assureur indépendant. Il faut alors comparer les offres de part et d’autre, pour obtenir à condition équivalentes l’offre la plus avantageuse.

 

La trésorerie complémentaire

Une somme destinée à financer un nouveau projet sans pour autant souscrire un nouveau crédit peut être intégrée directement au regroupement de crédits. C’est la trésorerie complémentaire. Son remboursement est alors inclus dans la nouvelle mensualité.

L’octroi de cette trésorerie, comme son montant, dépend du bon vouloir de l’organisme de financement. En fonction de votre profil emprunteur et des garanties mises en place, le plafond maximum du montant peut varier d’un organisme à l’autre. C’est donc encore un point que votre courtier pourra négocier.

 

Vous souhaitez bénéficier de l’expertise des conseillers de Greeniz pour obtenir le rachat de crédits le plus intéressant et le mieux adapté à votre situation particulière ?

Faites la simulation en ligne. Elle est gratuite et sans engagement. Votre conseiller vous rappelle sous 24h** avec une réponse de principe.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours