Posté le 15 février 2021 à 08:00

Financer ses travaux de rénovation énergétique

Maintenant que vous êtes régulièrement en télétravail, vous avez pu remarquer à quel point par endroits, ou par moments, il est compliqué de maintenir votre logement à une température stable. Jouant avec le thermostat pour vivre dans de bonnes conditions, vous avez alors vu vos factures d’énergie bondir…

Il vous semble donc évident aujourd’hui que vous devriez faire des travaux de rénovation énergétique ! En isolant les combles et la façade, en changeant les fenêtres, ou en modifiant votre installation de chauffage, il est fortement probable que vous puissiez faire des économies d’énergie !

Néanmoins, en fonction des ressources du ménage et surtout de ses charges, il peut s’avérer parfois compliqué de trouver le financement nécessaire à la réalisation de ces travaux.

Heureusement, entre les aides, les crédits et le rachat de crédits, il existe nombre de solutions adaptées aux différents profils des ménages souhaitant réaliser ce type de travaux.

 

Greeniz, organisme de courtage spécialisé dans le regroupement de crédits, vous explique tout !

 

Pourquoi rénover ? Quels sont les avantages ?

Confort, économies et respect de l’environnement

La rénovation énergétique a plusieurs buts et avantages. Pour de nombreux Français, le gain principal se trouve dans l’amélioration de leur confort et de leur cadre de vie, mais il y a aussi des arguments économiques et écologiques. Si pour certains, il s’agira de gagner en confort tout en baissant le chauffage pour réaliser une économie sur sa facture de gaz, pour d’autres, il s’agit de poser un acte vers une vie plus respectueuse de l’environnement.

Les motivations varient donc en fonction des personnes, mais ce triple avantage – confort, écologie, économies – reste vrai pour tous.

L’approche globale recommandée par l’Ademe

La rénovation de son habitat peut être envisagée de façon partielle ou globale.

Vous pouvez gagner en confort légèrement, rapidement et à moindre coût, en changeant uniquement les fenêtres par exemple : fin des courants d’air, limitation de la déperdition de chaleur, meilleure aération… Toutefois, cela sera quasiment sans résultat sur votre consommation, donc vos factures d’énergie, et le gain en confort reste relatif.

Pour cette raison, une étude de l’Ademe recommande de réaliser ses travaux énergétiques avec une approche globale. Qu’ils soient faits en une ou plusieurs fois, réaliser un bouquet de travaux bien choisis est bien plus efficace.

 

2023 : les « passoires thermiques » interdites à la location

D’ici 2028, le gouvernement a pour objectif de supprimer les « passoires thermiques », soit les logements les plus énergivores classés F et G dans les diagnostics de performance énergétique. Ce plan s’articule en trois temps.

D’ici 2023, les logements de catégorie G, qui excèdent donc les 450 kWh/m²/an, seront interdits à la location. Pour 2025, les objectifs seront encore durcis afin qu’en 2028, toutes ces passoires énergétiques (logements classés G, mais aussi F, soit 330 kWh/m²/an) aient été rénovées.

Cette interdiction de location s’appliquera non seulement aux nouveaux contrats, mais aussi aux renouvellements de baux.

 

Toutefois, il n’est pas aisé pour tous les propriétaires, occupants ou bailleurs, de procéder aux travaux nécessaires pour améliorer la performance énergétique de leur habitat. Heureusement, des aides sont mises en place afin de compléter des solutions de crédits existantes pour financer les rénovations.

 

Quelles sont les aides à la rénovation énergétique de son habitat ?

MaPrimeRénov’

Depuis le 1er janvier 2021, MaPrimeRénov remplace le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Cette prime s’adresse aux propriétaires occupant leur logement. Autrefois soumise aux conditions de ressources de l’Anah, elle n’est désormais plus limitée en fonction des revenus.

MaPrimeRénov est désormais également accessible à l’ensemble des copropriétés (une seule aide collective plus simple versée au syndicat de copropriétaires), ainsi qu’aux propriétaires bailleurs.

Pour vous accompagner dans vos démarches (trouver des professionnels, des solutions adaptées et estimer le budget et les aides), les services publics ont mis en place la plateforme FAIRE.

 

Habiter mieux sérénité de l’Anah

D’un montant maximum compris entre 1 600 € et 2 000 € selon le niveau de ressources du foyer, l’aide « Habiter mieux sérénité » de l’Anah, est accordée aux propriétaires occupant un logement individuel (sous certaines conditions).

 

La prime Coup de pouce économie d’énergie

Jusqu’au 31 décembre 2021, il est possible pour les ménages en situation de précarité énergétique de bénéficier d’une aide plus importante pour le chauffage et l’isolation. Son montant dépend du niveau de ressources du ménage, mais il est cumulable avec MaPrimeRenov et l’éco-PTZ.

 

Les aides d’Action logement

Action logement accorde sous certaines conditions des subventions accompagnées d’un prêt à 1 % pour financer des travaux de rénovation énergétique. Elle concerne les propriétaires occupants et certaines SCI, pour une résidence principale.

 

Les aides au niveau des impôts

La réduction d’impôt Denormandie

Vous êtes propriétaire bailleurs et souhaitez effectuer des travaux représentant moins de 25 % du prix du logement acheté ? Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt spécifique si votre logement se trouve dans l’une des 222 villes bénéficiant du programme action cœur de ville.

La TVA à 5,5 % pour les travaux d’amélioration de la qualité énergétique

Propriétaire ou locataire, occupant, bailleur ou pour une résidence secondaire, pour certains travaux vous pouvez bénéficier d’un taux de TVA réduit à 5,5 %.

L’exonération de la taxe foncière pour les travaux d’économie d’énergie

Si vous êtes propriétaire occupant ou bailleur et que vous réalisez des travaux d’économie d’énergie, prenez contact avec les collectivités territoriales dont vous dépendez (commune, département…). Certaines octroient des exonérations temporaires de taxe foncière sous certaines conditions.

 

Quels sont les crédits possibles pour financer ses travaux ?

Eco-prêt à taux zéro – Eco-PTZ

L’éco-prêt à taux zéro est ouvert à tous les propriétaires (occupants ou bailleurs) sans condition de ressources.

Il doit concerner des travaux dans la résidence principale, qui doit avoir plus de deux ans, et doit porter sur des travaux de l’un de ces 7 catégories :

  1. Une isolation performante de la toiture.
  2. Une isolation performante des murs donnant vers l’extérieur.
  3. Le remplacement des fenêtres et des portes fenêtres en simple vitrage donnant sur l’extérieur.
  4. L’isolation des planchers bas sur sous-sol, vide sanitaire ou passage ouvert.
  5. L’installation ou le remplacement du système de chauffage ou d’une production d’eau chaude sanitaire.
  6. L’installation d’un système de chauffage utilisant une source d'énergie renouvelable.
  7. L’installation d’une production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d'énergie renouvelable.

En ce qui concerne le montant du prêt, allant de 7 000 € à 30 000 €, celui-ci dépendra de la nature et du nombre de travaux éligibles réalisés.

La durée maximal de remboursement est de 15 ans.

A noter. Il est possible de solliciter un second éco-PTZ (complémentaire) pour un même logement dans les 5 ans qui suivent l’octroi du premier sous réserve que le cumul des deux ne dépasse pas 30 000 €.

L’éco-PTZ est cumulable avec d’autres aides : Anah, collectivités territoriales et fournisseurs d’énergie.

Les crédits à la consommation adaptés aux travaux

Le crédit à la consommation est limité à 75 000 € et peut être contracté sous deux formes : un prêt personnel ou un prêt travaux affecté.

Le prêt personnel consiste en une somme d’argent libre d’utilisation, quand le crédit affecté est totalement lié à la prestation de service, donc à la réalisation des travaux.

Si le crédit affecté nécessite plus de justificatifs (devis, factures…) que le prêt personnel, son taux d’intérêt est généralement plus avantageux. En outre, si l’entrepreneur venait à faire défaut et ne pas réaliser les travaux, le prêt est suspendu, puisque lié à la pleine réalisation du service.

Le prêt affecté travaux convient donc mieux si vous passez par des professionnels, là où un crédit personnel vous permet de faire vous-mêmes vos travaux, voire de financer en autre projet en parallèle.

Le crédit immobilier pour les plus gros travaux

Si vos travaux nécessitent un financement supérieur à 75 000 €, c’est alors un crédit immobilier qui est mis en place. Celui-ci bénéficie généralement d’un taux plus attractif, mais il est soumis à un délai de réflexion incompressible de 11 jours.

 

Dans tous les cas, le taux d’intérêt (TAEG) dépend de la nature du crédit, du montant, de la durée, ainsi que de votre profil emprunteur (situation professionnelle, familiale, patrimoniale et niveau de revenus).

 

Pourquoi le rachat de crédits est également une solution pour financer ses travaux de rénovation énergétique ?

Lorsque l’on a déjà deux ou plus de crédits en cours, il peut être compliqué d’obtenir le financement nécessaire à la réalisation de travaux énergétiques.

Pourtant, avoir un prêt immobilier et, par exemple, un crédit auto, quand on est propriétaire, cela n’a rien d’exceptionnel. Toutefois, ces deux crédits définissent votre taux d’endettement. C’est le pourcentage de vos revenus qui est consacré au paiement de vos charges fixes dont les crédits.

En fonction de ce taux d’endettement (si celui-ci excède les 35 %), les banques peuvent être réticentes à vous octroyer le crédit nécessaire pour financer vos travaux de rénovation énergétique.

Une solution existe : le regroupement de crédits.

Un rachat de crédits consiste en un prêt de substitution qui remplace vos différents crédits. Concrètement, l’organisme qui finance le prêt rembourse tous vos créanciers d’un coup et met en place un seul et unique prêt avec une mensualité qui peut être baissée jusqu’à -60 %* en modulant la durée du prêt.

D’une part, réduire significativement votre taux d’endettement peut vous permettre d’avoir de nouveau accès aux autres crédits.

D’autre part, pour éviter que votre taux d’endettement soit de nouveau impacté par un crédit travaux et, quelque part, perdre les effets bénéfiques du regroupement de crédits, il est possible de demander une trésorerie complémentaire.

Cette trésorerie complémentaire consiste en une somme qui doit représenter une part du montant global du rachat de crédit. Elle est directement intégrée au rachat de crédits et son remboursement inclus dans la mensualité unique.

Pour redonner de l’air à votre budget tout en finançant vos travaux de rénovation énergétiques, faites une simulation de rachat de crédits en ligne.

La simulation est gratuite et sans engagement.

Un conseiller Greeniz vous recontacte sous 24h** avec une proposition de principe. A la manière d’un courtier, ici spécialisé en regroupement de crédits, il vous accompagne tout au long de vos démarches : pour constituer avec vous votre dossier, négocier pour vous auprès des banques, et ainsi obtenir l’offre la mieux adaptée à votre projet et votre situation particulière.

Votre simulation gratuite
Type de projet
Mes crédits en cours
Les autres actualités du rachat de crédits